En freelance, savoir fixer ses tarifs est une question centrale. Prix à la prestation, au mot, taux horaire : il y a de quoi s’y perdre ! 

Or, quand les tarifs ne sont pas ajustés, on perd en productivité et en crédibilité ! Trop hauts, et les clients vont se faire rares. Trop bas, et on se demande si vous êtes un professionnel sérieux…

Le meilleur compromis selon nous est le TJM ou Tarif Journalier Moyen. Il vous permet de calculer un tarif à la journée à partir d’un salaire de référence, et peut être ajusté à de nombreux secteurs d’activité. 

Vous vous demandez comment définir votre propre TJM ? Voici la marche à suivre pour savoir quel taux journalier appliquer, avec des chiffres concrets ! 

Comment Calculer son Taux Journalier : La Méthode

Dans les métiers indépendants, la rémunération se fait souvent soit à la prestation, soit sur une base horaire. 

Si la facturation à l’unité a des avantages en termes de transparence, elle ne reflète pas forcément une juste rémunération du temps passé sur la tâche. 

Quant à la facturation sur la base d’un taux horaire, elle est intéressante parce qu’elle s’ajuste à la réalité du temps alloué au projet. Néanmoins, elle ne permet pas d’établir facilement un budget mensuel et limite les possibilités de projection dans le temps (vacances, mois moins travaillés que d’autres…). 

Grâce au calcul du TJM, le travailleur indépendant définit une sorte de salaire mensuel, intégrant des paramètres comme la prospection, la comptabilité, les charges et les périodes off. Ce calcul prend aussi en compte des données inhérentes aux missions qui lui sont confiées (nature du client/urgence/difficulté/ROI/frais).

Ne vous inquiétez pas, nous allons voir cela ensemble, étape par étape ! 

1. Définissez votre salaire annuel idéal

Pour calculer votre TJM parfait, nous allons partir de votre projection à l’année. Alors, quel salaire voudriez-vous toucher, chaque année ? Disons que vous avez besoin de pouvoir compter sur une rémunération de 75 000 euros par an.

2. Calculez vos dépenses et vos frais généraux

En tant que travailleur indépendant, vous avez des frais bien différents de ceux des salariés, comprenant vos charges, vos impôts, vos cotisations… Tous ces frais qui sont gérés ou supportés par un employeur, c’est maintenant au freelance que vous êtes de les prendre en charge. Nous allons donc les voir en détail. 

Bon à savoir : ces projections sont évidemment tributaires de chaque situation personnelle, notamment le lieu de vie, la situation familiale, etc.

Les Charges dans le TJM Freelance

Les charges relatives à votre entreprise

Adhésion à un espace de coworking (ou toute autre solution pour votre espace de bureau)

Que vous ayez créé votre espace de travail ou que vous préfériez vous rendre sur un lieu de travail collectif, c’est un budget à prendre en compte. Nous allons partir sur la base de 4 200 euros par an.

Plateforme d’hébergement de votre site web

Chez WP Engine, par exemple, vous trouverez des offres autour de 360 euros / an. 

Fournisseur d’accès Internet

En tant que freelance, nous vous conseillons de ne pas lésiner sur la qualité de ce service, qui doit être aussi rapide que fiable. Disons que votre facture annuelle s’élève à 1 020 euros.

Logiciel de comptabilité et de facturation 

Pour vous permettre de vous concentrer sur votre cœur de métier et vous soulager des questions administratives, un bon logiciel de comptabilité est essentiel. Il peut gérer pour vous l’émission des devis, des factures et le suivi de ces dernières. Nous allons prendre pour exemple une enveloppe de 360 euros à l’année. 

Outil de gestion de projet

Il existe un panel de logiciel de gestion de projet, vous permettant d’avoir une vue d’ensemble de vos missions et de leurs avancées. C’est aussi une bonne façon de travailler en équipe, même en freelance. Imaginons que votre outil de gestion agile vous coûte 45 euros par an. 

Un (bon) téléphone

On le sait, nos échanges sur les solutions mobiles sont devenus quotidiens et ne se cantonnent plus à la sphère personnelle. Vous devez prévoir une solution mobile performante, vous permettant de piloter votre activité de n’importe quel endroit. Pour un iPhone par exemple, comptez 1 380 euros.

Un forfait téléphonique

Pour gérer vos contacts avec vos clients, mais aussi pour travailler sur vos projets en mode « nomade », le forfait téléphonique va de pair avec un bon téléphone. Aujourd’hui, le coût moyen d’un forfait mobile, avec 10 Giga de données, est d’environ 17,75 euros par mois. Nous allons compter 215 euros par an. 

Un (très bon) ordinateur

Parce que votre ordinateur est votre outil de travail numéro 1, vous devrez penser à le changer tous les 2 ans environ. L’objectif : éviter les pannes et les bugs qui impactent votre productivité et profiter des dernières options facilitant votre travail on line. Partons sur 600 euros par an (sur la base d’un MacBook Air).

Publicité et Marketing

Dans cette catégorie, nous visons toutes les actions permettant de faire connaître votre activité : cartes de visites, flyers, publicités sur les réseaux sociaux… Vous pouvez compter un budget d’approximativement 1 200 euros par an.

Logiciels utiles pour votre activité

Selon votre secteur d’activité et vos habitudes de travail, vous pouvez avoir besoin d’un certain nombre de logiciels facilitant votre travail. On peut penser par exemple à Canva Pro, Adobe CC, iStock… À l’année, vous pouvez prévoir 348 euros. 

Frais de comptable

À prendre en compte si vous avez besoin d’un professionnel pour vous guider dans la compréhension/gestion de vos impôts et de vos charges obligatoires, pour environ 1 500 euros par an. 

Les assurances professionnelles

Assurer votre entreprise est important, même si certains contrats d’assurance ne sont pas obligatoires. Cela vous permet d’avancer sereinement, en anticipant sur votre retraite et sans craindre les mauvaises surprises du quotidien d’entrepreneur. N’hésitez pas à consulter ce simulateur pour faire le point sur votre situation, selon votre secteur d’activité ! 

Les assurances obligatoires (si vous exercez une profession réglementée) sont celles qui assurent vos biens (si vous êtes locataire ou propriétaire de votre local), mais aussi votre activité, par exemple la responsabilité civile professionnelle.

Dans la famille des assurances non obligatoires, mais fortement recommandées, il y a l’assurance multirisque, une complémentaire santé ou une prévoyance (pour couvrir les jours d’ITT en cas d’arrêt) et bien sûr la complémentaire retraite. 

Pour notre calcul, nous ne retiendrons que la responsabilité civile professionnelle (en moyenne 200 euros / an), mais n’oubliez pas d’ajouter les frais d’assurance qui correspondent à votre situation !

Attention : si vous disposez d’un local indépendant de votre domicile, dédié à votre activité, n’oubliez pas d’inclure votre loyer, ainsi que les frais d’électricité ou d’eau qui y sont reliés. 

Au total, ces charges relatives au fonctionnement de votre entreprise s’élèvent donc à 11 428 euros pour une année. 

Les charges relatives au coût de la vie

En EI (Entreprise Individuelle), vous êtes évidemment soumis à l’impôt sur le revenu. En micro BNC ou BIC, les cotisations sociales s’élèvent à 22 % de vos recettes brutes. En déclaration contrôlée, elles impactent votre bénéfice, charges déduites, à hauteur de 45 %. 

Nous allons considérer 5700 euros par an. 

Enfin, vous avez à prendre en compte le paiement d’une mutuelle. En salariat, c’est souvent l’entreprise qui supporte ce coût (tout ou partie), or en tant que travailleur indépendant, nous allons prendre en compte 500 euros par an en moyenne pour une mutuelle (hors solution familiale).

Calculette TJM Freelance : Étape par Étape

1. Définissez votre nouveau salaire annuel 

En cumulant les charges relatives à votre entreprise et celles en lien avec le coût de la vie, nous arrivons à la somme de 17 628 euros. 

Maintenant, additionnez votre salaire-cible annuel et toutes les charges que nous avons passées en revue : 75 000 + 17 628= 92628.

Votre salaire annuel, ajusté à vos charges, est donc de 92 628 euros.

2. Déterminez votre nombre d’heures travaillées, par an

Il y a de nombreuses raisons de passer au statut d’indépendant. En termes de charge de travail, vous avez probablement choisi le freelancing parce que vous vouliez un emploi du temps flexible, davantage de temps libre ou de vacances en famille. 

Dans ce cas, ces paramètres doivent entrer dans vos calculs pour connaître votre capacité de travail effective. 

En France, le nombre de jours de travail pour une année est fixé à 218. Si on considère des journées de 8 heures, on arrive à 1 744 heures travaillées par an.

On peut considérer dans notre calcul 5 semaines de congés « payés » (dans le salariat) et 5 jours d’arrêt maladie.

Ce qui nous donne 240 heures off, sur une année. Ainsi, 1 744 – 240 = 1 504. Vous arrivez à un volume d’heures réellement travaillées de 1504 heures par an. 

Attention : à ce stade, cela signifie que chaque heure travaillée est facturée à un client. Chaque heure, chaque jour, chaque semaine. Or, en tant que travailleur indépendant, vous savez bien que la réalité est tout autre. Vous devez passer du temps (non facturable) à prospecter, passer des appels téléphoniques, lancer des opérations marketing, boucler vos tâches administratives, faire de la veille, continuer à vous former, etc. 

Que faire de ce temps non facturable, et pourtant indispensable ? Vous pouvez considérer qu’à peu près 25 % de votre (précieux) temps sera passé sur des activités non facturables. 

Donc, 1504 – 25 % = 1128 heures réellement rémunératrices par an. 

3. Divisez votre salaire annuel par le nombre d’heures facturables

Cela va vous permettre de connaître le « prix » d’une de vos heures de travail. Autrement dit 92 628 / 1 128 = 82,12. Vous savez maintenant que vous devez facturer une heure de travail 82 euros en moyenne pour être en phase avec la réalité de vos charges. 

Bien sûr, ces chiffres ont servi à notre démonstration, mais les vôtres seront différents parce que chaque situation est différente. 

Alors, pour calculer votre propre taux horaire, précis et réaliste, gardez simplement cette formule en tête : divisez votre salaire annuel ajusté par le nombre d’heures facturables dans votre année. À vos calculatrices !

Quelques TJM par Secteur

Pour vous faire une idée des TJM pratiqués dans votre secteur d’activité, voici un tour d’horizon, par profession. 

Consultant indépendant

Quel que soit son domaine d’expertise (e-business, ERP, cybersécurité), le consultant indépendant intervient en tant que conseil d’une entreprise. Il en comprend les rouages et les enjeux grâce à sa vision globale. Il identifie les besoins d’une structure et ses rouages fonctionnels pour accompagner au mieux les besoins de son client. 

Pour un consultant e-business, par exemple, le TJM moyen en France, pour une prestation en direct est de 498 euros. Via un intermédiaire, il passe à 576 euros. 

Freelance Informatique

Un chef de projet informatique, par exemple, travaille au sein des entreprises en tant qu’indépendant pour s’assurer de la bonne marche de la conception d’un projet. Il suit chaque étape, réajuste le développement selon les souhaits du client, planifie les tâches des collaborateurs, tout en anticipant les risques liés au projet. 

Le TJM moyen observé en France est de 576 euros en direct, et 594 euros par un intermédiaire. 

Traducteur en Ligne

Le traducteur en ligne s’occupe de la transcription de documents d’une langue vers une autre, qu’il s’agisse de notices, d’œuvres littéraires ou de supports administratifs. En freelance, ses tarifs évoluent selon son niveau d’expérience. 

Le TJM d’un traducteur généraliste est de 193 euros en moyenne, 236 euros pour un professionnel spécialisé et 301 euros pour les traducteurs experts.

Web designer

Le web designer est le professionnel de l’identité visuelle, pour un site web par exemple. Il illustre, anime et agrémente un site par un travail créatif de son architecture.

En début d’activité, le TJM moyen d’un web designer se situe autour de 300 euros. Avec l’expérience et l’accumulation des projets experts, il peut dépasser les 700 euros. 

Rédacteur Web

La mission du rédacteur web : concevoir des articles informatifs, agréables à lire et qui participent au bon référencement des sites sur les moteurs de recherche. Il rédige aussi des newsletters, des pages de vente ou des fiches produits pour des sites e-commerce. 

Traditionnellement, le rédacteur web propose un tarif au mot, autour de 0,05 euro pour un rédacteur généraliste. Le tarif peut ensuite aller jusqu’à 0,10 ou 0,12 euro, pour les rédacteurs spécialisés ou avec une expertise en termes de SEO. 

En France, le TJM moyen d’un concepteur se trouve autour de 105 euros pour un rédacteur web junior et 175 euros pour un professionnel confirmé. 

Assistant Virtuel

L’assistant virtuel est le bras droit des chefs d’entreprise, en ce qui concerne la gestion administrative et/ou digitale de leur activité. Il peut gérer les contacts téléphoniques, l’agenda, le support technique, les e-mails…

Les tarifs des assistants virtuels s’expriment souvent en taux horaire, d’environ 10 euros de l’heure pour un débutant, à 23 euros en moyenne pour un assistant senior. 

Le TJM moyen d’un assistant virtuel en France est de 130 euros. 

Naier Saidane

Naier Saidane

Blogueur, Podcasteur & Coach Entrepreneuriat

Naier est blogueur et expert en business en ligne. Rejoignez Naier et 53k lecteurs mensuels de L’Entrepreneur en vous pour construire, développer et monétiser votre business en ligne.

À LIRE ÉGALEMENT

meilleur logiciel bâtiment
alternatives à jasper
les nouveaux business qui marchent
prompt chatgpt
Logiciels d'enregistrement vidéo